BELGIQUE

En Belgique, le programme Tocatì implique de multiples acteurs à travers le programme ludodiversité initié par Sportimonium en Flandre. Cette organisation comprend un centre de recherche, un musée du sport et un parc à thème. Dans le cadre du “programme de culture de la ludodiversité”, le Sportimonium travaille avec l’organisation faîtière Vlaamse Traditionele Sporten (VlaS), fédérant 22 communautés sportives traditionnelles de la région flamande. La contribution belge est basée sur le soutien tiré de son expérience dans la sauvegarde des jeux traditionnels au cours des dernières décennies, représentée par Sportimonium, soutenu par le gouvernement flamand. Sportimonium et d’autres ONG flamandes accréditées du PCI ont accepté de participer aux travaux autour du partage des bonnes pratiques de sauvegarde et des expériences dans les processus de mise en réseau internationale, ainsi qu’aux travaux à fournir en relation avec l’inscription au Registre de l’UNESCO consacré à cet objectif. Le processus de coordination actuel du programme Tocatí s’appuie sur les étapes préliminaires d’échange et de coopération des décennies précédentes. En fait, AGA et Sportimonium travaillent ensemble depuis 2007 : Sportimonium participe aux symposiums Tocatì, tandis qu’AGA assiste à des réunions formelles au Sportimonium en Belgique. La Fédération flamande des jeux traditionnels – VlaS a été impliquée avec Faro, l’interface flamande pour le patrimoine culturel et tapis plein (maintenant Werkplaats immaterieel erfgoed) dans la conception et la mise en œuvre du programme Tocatì et du PdV.

 

« Au fil des ans, il y a eu une collaboration et des échanges fructueux avec Tocatì. Le programme Tocatì, avec l’approche communautaire, l’attitude inclusive et l’approche de connexion dans un esprit de coopération, s’inscrit parfaitement dans la politique et la philosophie de Sportimonium. C’est pourquoi le Sportimonium soutient pleinement le dossier de candidature et continuera à le faire. »

CHYPRE

L’Association folklorique de KTIMA de Chypre soutient fermement le travail et les efforts déployés par l’Associazione Giochi Antichi (AGA) pour inscrire TOCATÌ au Registre des « bonnes pratiques de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel » de l’UNESCO. Depuis 2018, nous avons la possibilité de participer et de contribuer au festival TOCATÌ. Le fait que nous ayons été actifs dans la promotion des Sports et Jeux Traditionnels nous a valu l’avantage d’être inclus dans le Réseau de Vérone. Nous pensons que le Réseau de Vérone est un précieux réseau d’associés et crée une relation solide entre les associations et les individus qui s’engagent à promouvoir la tradition et à se concentrer sur le maintien des sports et des jeux traditionnels à travers le programme et le festival TOCATÌ. Les activités menées pendant TOCATÌ sont toutes importantes et il est obligatoire pour tous les associés d’assurer la continuité de celles-ci à l’avenir. La 19e édition de TOCATÌ a été très importante pour nous, étant l’un des invités des pays d’honneur. Nous avons participé aux activités suivantes :

 

  • Le groupe de musique KTIMA, a joué lors de la cérémonie d’ouverture, qui a eu lieu à Castelvecchio, où les officiels ont déclaré le début de l’événement.

 

  • Notre équipe de joueurs a participé au tournoi Lippa mais en même temps a fait la démonstration de “Ligrin” au public et les a encouragés à jouer. Ligrin est un jeu traditionnel de Chypre, qui présente de nombreuses similitudes avec Lippa et est inscrit sur la liste nationale du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, depuis 2017 par l’Association folklorique de KTIMA.

 

  • Nous avons eu la chance d’apporter notre contribution lors de la conférence de l’UNESCO et de partager nos expériences au temps de la pandémie et la manière dont les activités liées au patrimoine immatériel ont été abordées dans ces circonstances particulières.

 

  • Les membres de notre groupe à Chypre, en association avec le Paphos Nautical Club, ont été reliés par diffusion en direct avec l’équipe de communication d’AGA et ont fait une démonstration de navigation dans la mer de notre ville natale, Paphos.

« Dans les années 2018 et 2019, l’Association Folklorique de Ktima a été invitée à participer au Festival Tocatì – qui a lieu à Vérone, en Italie. Là, nous avons participé et présenté nos recherches concernant les jeux de Pâques traditionnels de Chypre. De plus, nous avons participé en équipe au concours de groupe du jeu italien populaire appelé “Lippa”. Nous avons même agréablement reconnu que le jeu italien tnit gris est très similaire à un jeu chypriote traditionnel appelé “Ligrin”. Le Festival Tocatì a été parfaitement organisé ces deux années et il y a eu une forte participation du public. Ktima a signé le protocole de Vérone en 2019, participant depuis 2018 aux symposiums internationaux “Tocatì un patrimoine partagé ».

CROATIE

L’Association Istrienne Pljočke – IPS, a été fondée en 2011 et depuis sa création travaille à la sauvegarde, la transmission, la documentation et la promotion du jeu traditionnel de pljočke. L’IPS est le promoteur de l’initiative de reconnaissance du jeu en tant que patrimoine culturel immatériel et, conformément à la décision du ministère de la Culture et des Médias de la République de Croatie, son titulaire.

 

« Nous partageons l’idée de promouvoir le Tocatì comme un laboratoire de formes créatives, en particulier de synergie et de dialogue entre les citoyens et comme un outil d’inclusion sociale et de diversité culturelle. »

FRANCE

La Confédération FALSAB (Confédération des Jeux et Sports Traditionnels de Bretagne) a été créée en Mars 1930 et a pour but de promouvoir les jeux Bretons (jeux de boules, de palets, de quilles et jeux de force) au niveau régional, national et international. Elle soutient les membres de son réseau dans le développement des disciplines. A ce jour, 95 pratiques ont été référencées en Bretagne. Pour mener à bien sa mission de promotion, la Confédération élabore des projets pédagogiques, touristiques, sportifs. Elle est également maison d’édition et peut ainsi éditer des ouvrages dans ce domaine. 

La Confédération est membre de plusieurs réseaux internationaux (AEJST, TAFISA), régionaux dans le domaine du sport, de la culture, du patrimoine immatériel (CROS Bretagne, Conseil Culturel de Bretagne, Bretagne Culture Diversité…). La Confédération participe à des rencontres, des échanges avec les autres acteurs des jeux en France et en Europe.

“Elle s’est rendue, tout naturellement, en Septembre 2019, à Vérone, pour participer au Festival Tocatì où la région invitée était la Bretagne. Ce déplacement a permis de découvrir la diversité des jeux italiens et de faire découvrir aux italiens, entre autre, la diversité bretonne. Ce fût un très beau moment d’échange. Dans le monde des jeux, la barrière de la langue n’est pas un problème, les gestes suffisent. Et c’est pour cela que l’apprentissage est assez rapide.”

LA FEDERATION DEPARTEMENTALE DES FOYERS RURAUX DU GERS ET LE COMITÉ DES “QUILLES” AU MAILLET

Longtemps pratiqué dans les campagnes gersoises et landaises ce jeu fût interdit par décision préfectorale en 1956. Devant l’importance des enjeux et les faillites qui en découlaient le Préfet dût prendre des mesures radicales. Il a donc fallu obtenir une autorisation exceptionnelle pour que ce jeu renaisse en 1972. Depuis les quilles au maillet ont connu un essor exceptionnel dans le Gers et les Landes et sa pratique s’étend maintenant dans la Haute-Garonne et l’Aveyron. C’est en 1992 que la section quilles au maillet rejoint l’actuelle Fédération Française de Bowling et de Sport de Quilles et devient la huitième discipline traditionnelle avec les Quilles de 6, 8 et 9.

“Dans nos villages, pratiquer les Quilles au Maillet, c’est plus que faire du sport. C’est se placer dans la continuité de nos ancêtres ou de se placer dans le cadre culturel du pays et de la région de l’entité qui nous accueille, c’est un facteur d’intégration, un facteur d’humanisation, d’émancipation, de socialisation.”

FEDERATION DES JEUX ET SPORTS TRADITIONNELS BASQUES D’IPARRALDE

Les jeux et sports traditionnels basques sont des pratiques très ancrées dans nos traditions. Les premières traces écrites remontent au XVième siécle. Nos jeux sont très liés au monde rural et aux métiers anciens, maçonnerie, bucheronnage, transport de matériaux, travaux de mines, etc. Ces jeux sont communs à l’ensemble des basques résidants en France, en Espagne et dans la diaspora, régi par un règlement unique. Ils font l’objet de championnats par provinces, et à un niveau supérieur, du Championnat du Pays basque constitué de tous ses territoires historiques. 

Depuis plus d’une décennie, ces jeux qui étaient souvent exclusif aux hommes, ce sont ouverts aux écoles, pour les filles et  les garçons et par conséquent aujourd’hui  il y a des championnats pour les dames. 

Bidasoako Txaranga fut créée en 1980, composée depuis ses débuts par des membres issus de tout le bassin de la Bidasoa, quel que soit leur nationalité ou origine. Regroupant ainsi des membres bénévoles pour renforcer la culture en général, celle qui nous est la plus proche, à vivre ensemble dans nos différences linguistiques et culturelles, dans le cadre et l’esprit de la loi d’association.

Musique, chant, danse, porteurs de cloches (les Joaldunak), jeux et sports traditionnels sont notre réalité et notre ADN depuis 42 ans. Les Joaldunak « ceux qui ont des cloches», sont des personnages mythiques du carnaval basque, leur origine remonte à la période païenne. Vêtus d’une jupette et d’un chapeau pointu décoré de nombreux rubans, ils portent, attachés dans le creux des reins, deux énormes cloches. Ils les font sonner en cadence, en maintenant un pas uniforme d’ensemble, tout en secouant un fouet de crin de cheval. Aujourd’hui les joaldunak sont un des derniers vestiges existants des rites païens. On trouve des similitudes dans de nombreuse régions d’Europe et du monde 

La rencontre avec AGA et le festival TOCATÌ fut l’occasion de montrer, dans cet incomparable festival, les richesses de notre patrimoine culturel, mais aussi de partager celles de nos partenaires. Une très belle aventure que nous voulons continuer ensemble.

“Tocatì est nôtre maison commune, un lieu de ressources et d’inspiration, à laquelle nous appartenons, une véritable “communauté des communautés”. C’est autant de raisons qui motivent notre participation à une candidature multinationale, le cadre idéal pour faire valoir, à l’avenir, le soutien (Institutionnel) à des projets de sauvegarde communs, qui renforcent notre démarche envers cette nécessaire sauvegarde de nos diversités culturelles.”